vendredi 25 août 2017

Tous les âges me diront bienheureuse, Emmanuelle Caron
Qui est Ilona Serginski ? C’est la vieille femme qui se meurt dans la chambre d’une maison
 de retraite bretonne, et qu’Eva, sa petite fille, appelle Baba en l’entourant de soins distants.
 Aux portes de la mort, Ilona s’est mise à parler une langue étrange, et à murmurer des propos
 plus étranges encore. Elle prétend qu’elle a tué beaucoup de gens, et demande à confesser
 une existence dont personne jusqu’ici n’a démêlé les secrets. Pour les traduire et les recueillir,
Eva fait appel à un prêtre, le Père Siméon, hanté par sa propre histoire.


AVIS


Comment réagiriez-vous si un membre de votre famille n'était pas réellement ce qu'il prétend être depuis toutes ces années ? Eva, elle, n'aurait jamais pensé découvrir un tel secret. Allant rendre visite à sa grand-mère en maison de retraite, elle comprend que quelque chose ne va pas. Ilona n'est plus tranquille et veut à tout prix expier ses péchés. Oui, mais lesquels ? Eva va d'abord croire en la folie naissante de sa grand-mère jusqu'à ce que celle-ci raconte son passé sur le territoire soviétique. Est alors décrit sa rude vie en Russie à l'époque de sa jeunesse et même bien avant sa naissance avec le récit de la rencontre de ses parents. Dans cette atmosphère oppressante et tendue évolue Ilona et sa famille jusqu'au point de non retour. Cette jeune fille va bientôt accompagner son père dans sa folie jusqu'à continuer son œuvre après sa mort. 

Mais la pire chose qu'elle aura entreprit dans sa vie est sans doute sa rencontre avec Gleb, possessif et dangereux. Pour le fuir, elle abandonnera avec sa fille Mina sa patrie afin d'échapper à cet homme nuisible. Malheureusement, leur arrivée en France ne va pas les éloigner longtemps de Gleb, celui-ci créant un lien avec Mina tout aussi nocif que celui qu'il partageait avec Ilona. Sans cesse en fuite afin d'échapper aux griffes de Gleb mais également à ses démons intérieurs suite à ses précédents actes, Ilona réussit tout de même à avancer pour sa fille et pour un avenir meilleur. En parallèle, Eva essaie de comprendre la détresse de sa grand-mère avec l'aide de Sacha, un aide soigneur de l'établissement où vit Ilona. Un lien assez spécial va se crée entre eux deux, pas toujours très compréhensible mais pour le coup assez singulier. Le Père Siméon lui vient également en aide, l'auteure s'attachant à nous décrire ses origines et son passé qui ne m'ont pas particulièrement intéressé.

Ce court récit s'accroche à nous dépeindre une Russie du XXème siècle réaliste avec ce qu'elle a de bon et de mauvais. Le parcours d'Ilona est assez incroyable au vu de la force de caractère de cette femme dont on ne peut tout de même pas applaudir tous les actes. Entre deux eaux, elle est prête à tout pour sa survie et celle de sa fille Mina, celle-ci n'arrivant pas le plus souvent à comprendre sa mère. Ce récit majoritairement féminin nous retrace la vie de trois femmes, trois générations qui se suivent, celle d'Ilona, Mina et Eva Serginski, nous donnant toujours envie d'en savoir plus sur leur passé et sur leur perception de leur propre vie et de la réalité des faits. C'est un roman de la rentrée littéraire que j'ai beaucoup apprécié et que je n'aurais sûrement pas lu sans la proposition de la maison d'édition Grasset et NetGalley, que je remercie donc pour la découverte de cette œuvre.



CONCLUSION
Un roman qui mélange douceur et âpreté pour raconter le
 lourd passé d'une femme en pleine rédemption.

6 commentaires:

  1. Je ne connaissais pas du tout ! Merci pour la découverte 😊

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. De rien :) Il vient à peine de sortir pour la rentrée littéraire. Je lis rarement de romans de cette sélection, mais je suis contente d'avoir sauté le pas avec celui-ci.

      Supprimer
  2. Réponses
    1. Je n'étais pas forcément certaine d'apprécier au tout début, et c'est passé tout seul. L'histoire d'Ilona est vraiment intéressante.

      Supprimer
  3. Ca a l'air d'être un beau roman mais je ne le lirai pas, je suis beaucoup trop sensible quand il s'agit de personnes au bord de la mort et/ou en maison de retraite.. :/

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je comprends, on a pas tous la même sensibilité. Moi c’est vrai que je n'ai aucun problème à lire des histoires racontant la fin de vie de personnages, mais si tu ne le sens pas, il ne vaut mieux effectivement pas tenter :)

      Supprimer