mercredi 22 mars 2017

Manipulation : Les Corbeaux tome 1, Juliette Lemaître
Dans le futur, la population est dominée par la propagande, l’endoctrinement et la
 peur : chaque citoyen récalcitrant est exécuté dans l’Arène, à la vue de tous. Personne ne
 vit à l’extérieur du grillage électrifié qui entoure la ville, la Société. Personne, sauf Liza et
 Anna, deux sœurs dont les parents ont mystérieusement disparu après y être entrés. Un jour,
 les Corbeaux, la milice de la Société, débarquent dans leur ferme et enlèvent Anna. Liza,
 prête à tout pour la retrouver, se lance à l’assaut de la ville. Là-bas, elle rencontre Calim,
 un hors-la-loi, lui aussi pourchassé. Ensemble, ils vont essayer d’infiltrer la prison où
 Anna est détenue, sans savoir qu’ils se jettent dans la gueule du loup. Piégée par Connor,
 le président, Liza doit remporter cinq épreuves dans l’Arène si elle veut espérer libérer
 sa sœur et sa mère enfin retrouvée. Mais une fois dehors, une tâche plus grande encore
 l’attend : libérer la ville du joug du président.

AVIS

Une nouvelle dystopie jeunesse est sortie en février qui m'a été permis, grâce à Hachette, de lire : Manipulation. Seulement âgée de vingt ans, Juliette Lemaître a crée un univers de science-fiction très bien construit et décrit où elle a la possibilité de laisser place à des personnages jeunes et de toute appartenance sociologique. Avant ma lecture, je me suis dit, "et une dystopie de plus ! Que va m'apporter celle-ci par rapport aux autres ?" Il est vrai qu'on ressent facilement les influences dans ce nouveau récit mais il est indéniable que l'auteure a réussi à apporter une touche de nouveauté dans le grand méli-mélo des ouvrages de science-fiction axés jeunesse tels Hunger Games, Divergent, ou Le Labyrinthe, en prenant réellement en compte l'univers, le décor, et la façon dont les protagonistes vont vagabonder dans celui-ci. En 2374, après la Troisième Guerre Mondiale, les différents pays ont été peu à peu décimés. En Australie, il ne reste qu'un million d'habitants divisés en dix villes dirigées de manière autonome. L'une de celle-ci, appelée la Société, est gouvernée par un régime autoritaire avec à sa tête le président Connor. En dehors des limites de la ville vivent deux sœurs, Liza et Anna Gallen, recluses dans la ferme familiale. Liza a tout fait pour protéger sa benjamine et la faire jouir de la liberté d'expression et de ses propres actes. Mais alors qu'elles ont été repérées par la Société, le groupe des Corbeaux, l'armée de Connor, kidnappe Anna afin de la compter parmi les membres de leur ville. À son retour à la ferme, Liza se rend compte de la disparition de sa sœur et va tout tenter pour encore une fois protéger la vie d'Anna, qui va se révéler des plus importantes pour Connor. Car Anna possède une caractéristique majeure : c’est un génie. N'ayant que huit ans, elle possède déjà le plus haut Q.I de la Société et va être alors l'objet de plusieurs tests scientifiques auprès des Colombes, les savants de la Société. L'auteure prend vraiment le temps d'apporter un réel contexte historique et social à son récit, en nous expliquant les raisons de cette décimation de la population et de la prise de pouvoir de Connor. Cette séparation de la Société par les différentes appellations, Corbeaux ou Colombes, est très intéressante et j'imagine qu'elle va connaître une plus grande signification par la suite. 

De son côté, Liza, cette adolescente de seize qui semble particulièrement douée de ses mains, va rentrer clandestinement au sein de la Société et va construire tout un plan pour retrouver sa sœur. Mais c'est sans compter ceux de Connor qui semble toujours avoir un coup d’avance sur la jeune fille. Un soir, alors acculée et près d'être attrapée par Jake Regan, le chef des Corbeaux, là voilà secourue par un nouvel allié, Calim. Hors-la-loi depuis plusieurs années, l'adolescent a toujours réussi à s'extirper des plus mauvais coups sans jamais se faire prendre, jouant à un réel jeu du chat et de la souris avec Jake, avec qui il semble avoir peu à peu créer un lien par le biais de cette chasse à l'homme. Alors que nous avons le droit avec Anna à tout la partie savante, avec des tests mêlant logique et endurance, Liza fait surtout appel à sa force et à sa logique mathématique. Les deux semblent parfaitement se compléter, d'où leur lien inébranlable. 

Malgré leur capital sympathie, les personnages restent pour la plupart un peu trop gentils à mon goût à part le "grand méchant" qui souhaite à tout prix garder le contrôle sur tout le monde. Même ceux au service de Connor, comme Jake et Ewen, semblent rapidement s'interroger sur leurs actes au sein de la Société et la manière de concilier leurs actes avec leurs réflexions idéologiques. Mais surtout, le tout reste un peu trop jeunesse. À part Connor, tous les autres protagonistes sont très jeunes et certaines décisions sont difficiles à prendre au sérieux. Quelle est la raison pour laquelle Connor a choisi de mettre à la tête de son armée Jake de seulement dix-huit ans (sans compter qu'il a ce poste depuis deux ans) sans au moins quelqu'un pour le seconder ? Surtout lorsqu'on se rend compte des nombreux échecs auxquels il doit faire face, notamment celui de ne pas réussir à mettre la main sur Calim ou sur Liza. Et du point de vue de l'âge des personnages, je n'ai pas réussi à me faire au postulat de départ : l'âge et le caractère d'Anna. J'ai du mal à croire, malgré son éducation entourée de livres, qu'elle soit aussi familiarisée par la vie avec les autres (elle ne semble pas chamboulée par les gens autour d'elle, mais uniquement de sa captivité), et qu'elle est autant de répartie de par le langage, mais surtout de par la logique à laquelle elle s'exerce. Elle comprend rapidement les rouages des pensées et manigances de ses ennemis et joue un véritable jeu d'échecs, littéralement et métaphoriquement, avec le Président de la Société. Et puis j'aurais aimé que Connor aille encore plus loin dans la cruauté dans laquelle il a l'air de se complaire. Le cerveau semble le passionner et j'aurais apprécié encore davantage de sévices psychologiques face à ses victimes, telles qu'Anna qui, finalement, ne semble pas ressentir autant de difficultés que ça à rester sa captive avec toute la brutalité dont elle est la victime. 

Le récit a également parfois du mal à rester homogène, étant plutôt lents lors des passages de descriptions ou de repos des personnages, et trop rapides lors des moments où s'opère l'action. Les événements sont pour la plupart loin d'être surprenants mais réussissent à entretenir malgré tout l'intérêt du lecteur. La majorité du temps, j'ai extrêmement de mal avec les récits avec le point de vue d'adolescents et d'enfants que je trouve le plus souvent trop immatures ou, au contraire, trop adultes par rapport à leur âge. J'ai du mal à trouver le juste milieu, ayant déjà eu le même problème avec la trilogie dystopique Legend de Marie Lu où je trouvais les deux personnages principaux trop jeunes.

CONCLUSION
L'univers est bien construit et approfondi mais les personnages
 restent encore trop gentils pour apporter une réelle consistance
 à l'histoire, manquant parfois de crédibilité par rapport à leur
 jeune âge.

12 commentaires:

  1. Je ne suis pas sûr que ça puisse me plaire je vais y réfléchir mais merci pour ton avis ! :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. De rien, après l'univers est très intéressant, c'est pour l'intrigue que ça a plus pêché pour moi.

      Supprimer
  2. Ça pourrait me plaire mais les points négatifs que tu soulève me freine un peu..

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai été assez mitigé par cette lecture parce que j'en attends toujours plus pour ce genre de livres. Je suis toujours un peu déçu par le côté trop jeunesse pour moi ^^

      Supprimer
  3. Tes points négatifs risquent de me refroidir donc il ne fait pas partie des mes priorités ^^

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est sûr que je en dois pas donner très envie au final :p

      Supprimer
  4. Hum, je vais passer sur celui-ci pour l'instant... Merci pour ton avis :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. On ne peut pas tout lire ^^ Mais malgré les points négatifs que je soulignes, le livre est loin d'être mauvais.

      Supprimer
  5. Pas sûre que j'ai envie de me lancer dans une nouvelle dystopie jeunesse pour le moment :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est vrai qu'il y en a tellement ! Mais sans se démarquer complètement des autres, celle-ci s'attache à favoriser son univers au même titre que ses personnages.

      Supprimer
  6. C'est fort d'écrire un univers complet à un si jeune âge sans entrer dans la copie des 50000 dystopies existantes... pour ça, la série m'a l'ait tout à fait intéressante. Ce n'est pas mon genre fétiche mais pour une lecture divertissante, pourquoi pas.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Après, certaines choses se ressemblent, mais Juliette Lemaître utilise bien son univers pour mettre en valeur ses personnages.

      Supprimer