mardi 30 mai 2017

La Femme nue, Elena Stancanelli
La vie d’Anna vole en éclats quand Davide la quitte.  Incapable d’accepter la séparation,
 elle pirate son compte  Facebook, suit ses moindres mouvements à l’aide de son  portable,
 et scrute de façon obsessionnelle ses échanges avec  sa nouvelle conquête. Très vite,
 Anna ne dort plus et maigrit  de façon alarmante. Prise au piège dans ce vertige virtuel
 de suppositions et de fantasmes, elle décide d’élaborer un  scénario implacable pour
 humilier sa rivale…



AVIS


À certains moments où je referme un livre, je me demande pourquoi de bons romans auto-édités n'arrivent pas à intéresser les maisons d'éditions, alors que d'autres qui ne représentent que peu d'intérêt reçoivent une grande publicité. Je me suis réellement questionné sur la publication de La Femme nue, en me disant après coût que ça devait être mes goûts ou mes envies qui n'étaient pas en adéquation avec ce style, cette histoire. Puis, je suis allée lire quelques autres avis déjà publiés sur internet, et je me suis rendue compte que je n'étais pas seule à ne pas m'être retrouvée dans ce roman, ou tout du moins à l'apprécier. Je n'ai pas réussi pour le moment à collecter une chronique un tant soit peu positive et je vais essayer ici d'en expliquer la raison.

Le résumé intrigue, laissant place à un thème plus d'une fois utilisé, la rupture amoureuse, et ce qu'elle peut entraîner pour les deux parties, avec ici, un traitement sur l'obsession, que beaucoup peuvent posséder,  à "traquer" la moindre miette laissée par la personne que l'on épie sur internet. Les travers humains en adéquation avec l'évolution du rapport que l'on entretient avec les réseaux sociaux, ça pourrait vous tenter, non ? Moi en tout cas, j'ai foncé. Jusqu'à me prendre un bon gros mur en béton. Car dès le début, j'ai dû reprendre mes esprits en découvrant la relation catastrophique entre Anna et Davide. Ces derniers sont en couple depuis cinq ans et ne partagent plus rien. Lui est un gros macho qui saute sur tout ce qui bouge et qui ne s'embête plus pour cacher les preuves, même s'il continue de tout nier. Et elle est la femme naïve qui un jour va apprendre de la bouche-même de son homme, qui avait oublié de raccrocher après leur bref échange, qu'il ne se limite pas à quelques conquêtes. De là, on peut se demander la raison pour laquelle Anna décide de continuer cette relation vouée irrémédiablement à l'échec.  

Elle connaît Davide, le met parfois devant le fait accompli, sait qu'il ne changera pas, mais continue malgré tout à faire durer ce qui n'aurait peut-être jamais du commencer. Mais découvrant ses réflexions très pessimistes sur l'amour et la relation avec autrui, on peut facilement comprendre mieux son comportement, mais pas forcément l'accepter, tout comme sa vision de la vie en couple. Elle n'est évidemment pas toute blanche de son côté, seulement Anna s'occupe à raconter sa version des faits et à finalement toujours pleurer sur son sort, s'auto-flageller. Que Davide la trompe ne semble pas la déranger outre mesure, ayant franchi elle-même la ligne quelques fois, mais qu'il tombe amoureux de "Chien", ça, elle ne peut pas l'accepter... même si elle attend que ce soit lui qui parte de lui-même. De ce moment-là, Anna ne va cesser de le traquer sur son Facebook personnel, lisant une par une ses conversations sans équivoque avec la gente féminine, et surtout avec Chien, de le suivre grâce au système de localisation du portable de David, de se comparer à Chien, que ce soit physiquement ou lors de ses relations sexuelles, ce qui devient de plus en plus malsain. Anna sait qu'elle se fait du mal toute seule, qu'au début même, son ex fait exprès de laisser traîner des indices. Néanmoins, elle tombe toujours dans le panneau, étant toujours prête à se morfondre, tout ça dans un rythme lent du début à la fin.  

J'ai eu l'impression qu'à un moment donné, une certaine dynamique apparaissait, afin de me faire apprécier au moins une chose dans ce roman, mais tout retombe comme un soufflé, ne laissant encore place uniquement qu'aux jérémiades d'Anna. Les quelques dernières pages se révèlent positives mais tellement différentes du ton général de l'histoire que ça ne fonctionne pas. Et l'idée de raconter cette histoire à une personne particulière m'a semblé une bonne idée, sauf qu'au final, on n'apprend pas qui est cette Val, et j'aurais aimé davantage de précisions de ce côté là. Donc, vous l'aurez compris, ça a été une catastrophe pour moi, entre le récit lent et affligeant de cette femme, l'écriture qui n'a pas relevé le niveau, et une fin qui aurait pu être convaincante si elle ne prenait pas un virage à 360 après tout ce que l'auteure a construit au préalable. Je suis donc très déçue, surtout qu'il m'a été possible de lire ce roman grâce aux éditions Stock et à NetGalley que je remercie néanmoins. Je ne vous conseille absolument pas La Femme nue, tout en espérant de mon côté trouver un roman de cette maison d'édition qui compensera mon avis désastreux d'aujourd'hui.



CONCLUSION
Une très mauvaise lecture où le personnage principal ne cesse
 de s'auto-flageller et d'aller dans le mur consciemment. Le tout
 est beaucoup trop lent pour que ça devienne un tant soit peu
 intéressant malgré les réactions d'Anna, et ça pointe
 également trop quelques fois vers le malsain.

10 commentaires:

  1. Je passe sur celui-ci pour le moment....

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne peux que te conseiller de passer ton chemin ^^

      Supprimer
  2. Outch ! Je n'en avais pas encore vu d'avis (je n'ai pas cherché ceci dit) et jusqu'à présent, il me tentait bien. Mais là, OK, je passe mon tour, et sans regrets !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je n'ai rien trouver à me mettre sous la dent avec ce livre, je ne peux pas dire que je suis déçue car je n'en attendais rien. Heureusement...

      Supprimer
  3. Je ne me serais absolument pas arrêtée sur ce roman donc ton avis ne me fait pas changer d'avis ^^"

    RépondreSupprimer
  4. Owhla je pense exactement pareil que toi pour certains roman auto-édité mais parfois ils veulent uniquement moins de contraintes :)
    Pour ce qui est du livre hmmm on passe ! Ahah

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Parfois, ça me dépasse mais bon... En tout cas, pour celui-ci, je ne comprend vraiment pas, à part si le style original a été transformé mais je ne pense pas.

      Supprimer
  5. J'ai lu effectivement d'autres critiques du même acabit que la tienne sur ce livre et je crois que malheureusement ce côté auto-flagellation se vend bien alors qu'il semble finalement ne pas du tout plaire au public... Bref, je passe

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. L'histoire laisse apparaître des sujet qui sont en vogue en ce moment, ce qui aurait pu prédire un beau succès. Mais l'écriture et l'histoire doivent suivre, ce qui n'est pas dut out le cas avec ce livre.

      Supprimer