dimanche 9 juillet 2017



Les livres :
         
  • La Malédiction d'Ariane (2017) de Rose P. Katel : Cassie a un secret. Depuis la mort de ses parents, elle est hantée par un cauchemar. Chaque nuit ou presque, elle voit un homme se jeter sous un train et entend une mystérieuse voix l’implorer de lui venir en aide. Hélas, elle n’y parvient jamais… Jusque-là sans conséquence, ce rêve prend une tout autre réalité quand le train qui amène sa grand-mère, avec qui elle s’est brouillée par le passé, se révèle être celui qui percute cet individu. Les choses se compliquent encore plus quand Cassie réalise qu’elle seule a assisté à l’incident et qu’il n’y en a aucune trace. Incapable d’oublier ce qu’elle a vu, intriguée par sa grand-mère qui semble au courant pour son cauchemar, elle décide d’enquêter. Qui est cet homme ? Pourquoi est-elle la seule à pouvoir le voir ? Et que sait exactement sa grand-mère ? Autant d’énigmes qu’elle va s’efforcer de résoudre.
Au départ, j'avais peur que le côté jeunesse ne me dérange, mais j'ai facilement réussi à m'y faire même si la narration ne m'a pas toujours intéressé. Néanmoins, l'intrigue principale propose une histoire convaincante et intéressante entre rêve et imaginaire. Cassie doit réussir à comprendre ses origines et la signification de son rêve qui s'intensifie depuis quelques temps. --> 15/20

 
  • Le Dernier Jour d'un Condamné (1829) de Victor Hugo : Victor Hugo a vingt-six ans quad il écrit, en deux mois et demi, Le Dernier Jour d'un Condamné, roman qui constitue sans doute le réquisitoire le plus véhément jamais prononcé contre la peine de mort. Nous ne saurons pas qui est le Condamné, nous ne sautons rien du crime qu'il a commis. Car le propos de l'auteur n’est pas d'entrer dans un débat, mais d'exhiber l'horreur et l'absurdité de la situation dans laquelle se trouve n'importe quel homme à qui l'on va trancher le cou dans quelques heures.
L'écriture de Victor Hugo m'a tout de suite plu avec toute sa poésie mais également son réalisme. Les derniers moments de vie de ce condamné sont scrutés et amènent à s'interroger sur la peine de mort dans une société moderne. En ne sachant jamais quel est son crime, on apprend à le découvrir grâce à quelques anecdotes de son passé, à sa manière d'appréhender l'attente de la mort et la façon dont il réfléchit à toutes les options possibles pour retarder l'impossible. --> 16/20



La chronique :
Vegan psycho (2017) de Freeric Huginn



Les films :
         
  • Only God forgives (2013) de Nicolas Winding Refn : À Bangkok, Julian, qui a fui la justice américaine, dirige un club de boxe thaïlandaise servant de couverture à son trafic de drogue. Sa mère, chef d’une vaste organisation criminelle, débarque des États-Unis afin de rapatrier le corps de son fils préféré, Billy : le frère de Julian vient en effet de se faire tuer pour avoir sauvagement massacré une jeune prostituée. Ivre de rage et de vengeance, elle exige de Julian la tête des meurtriers. Julian devra alors affronter Chang, un étrange policier à la retraite, adulé par les autres flics…
Je ne peux rien enlever à la photo et à la maise en scène de ce film qui sont fascinants avec, entre autres, ce jeu sur les couleurs. Mais le film est vraiment très lent et violent, montrant parfois à l'écran du sang juste pour en montrer, sans vraiment de raison. Les personnages sont totalement déshumanisés et ne m'ont pas aidé à adhérer à cette histoire de vengeance somme tout classique. Le sel personnage que je retiens vraiment est la mère abusive jouée par Kristin Scott Thomas qui campe très bien son rôle. Moi qui adore Ryan Gosling, j'ai malheureusement eu l'impression de retrouver à l'identique son personnage dans Drive. --> 9/20


  • Gold (2017) de Stephen Gaghan : Kenny Wells est un explorateur des temps modernes, magouilleur et rêveur, attendant désespérément que la roue tourne. Dos au mur, Wells fait équipe avec un géologue tout aussi malchanceux pour tenter un dernier coup de poker : trouver de l’or au fin fond de la forêt vierge indonésienne.
Après Ryan Gosling, un autre acteur que j'adore : Matthew McConnaughey. L'histoire de Gold ne me tentait pas plus qu'une autre mais j'ai voulu faire l'expérience. L'histoire est plutôt intéressante mais beaucoup trop molle et lente. Matthew McConnaughey tient presque à lui seul tout le film, offrant encore une fois une prestation formidable. --> 14/20



Les séries télé :
         
  • Prison break saison 5 (2017) épisodes 1 à 9 : Alors que Michael Scofield est présumé être mort il y a 7 ans, T-Bag rencontre Lincoln Burrows et lui dit que son frère serait en vie et en prison au Moyen-Orient. Lincoln Burrows et C-Note vont donc se rendre au Yémen afin de faire sortir Michael de prison et de comprendre la cause de sa disparition.
J'attendais avec impatience de voir cette nouvelle saison étant une grande fan de cette série. Au final, je suis plutôt contente de ce retour même si je pense que ça aurait pu être beaucoup mieux. Je ne vais pas relever les incohérences qui sont monnaie courante dans Prison Break, mais dans cette saison, c'était parfois beaucoup top. J'ai adoré les premiers épisodes dans cette prison dans ce nouvel environnement très actuel. Malheureusement, l'évasion se fait très rapide et le retour aux États-Unis promet une "bataille" avec Poséidon assez prévisible, ce dernier étant loin d'être effrayant ou réellement dangereux. Le vrai problème, c’est que tout se passe beaucoup trop vite. Le choix de neuf épisodes n'est pas bénéfique pour moi. Beaucoup d'intrigues secondaires sont bâclées ou même inachevées et le out parait trop facile. Je ne suis pas sure d'avoir envie qu'il y ait encore une suite mais si elle se fait, je pense que je serais trop curieuse pour passer à côté. --> 16/20



  • Lie to me saison 2 (2009) épisodes 1 à 12 : Le Dr Cal Lightman, expert en détection de mensonges par l'analyse de "micro-expressions", vend les services de son équipe pour des enquêtes criminelles et civiles.
Alors que j'avais trouvé la première réussie réussie, j’aime encore plus ce début de saison. Cal Lightman devient vraiment un de mes personnages préférés du petit écran et la manière dont il résout des enquêtes me bluffent la plupart du temps. Ses acolytes sont aussi intéressants à suivre et j’aime beaucoup les apparitions d’Émilie, sa relation avec Cal est très touchante. --> 18/20


10 commentaires:

  1. Le Dernier Jour d'un Condamné me tente beaucoup, c'est vrai que Victor Hugo possède une très belle plume :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis toujours étonnée par sa plume alors que ce n'est pas le premier livre que je lis de lui. J'ai hâte de lire un autre de ses ouvrages, L'Homme qui rit peut-être.

      Supprimer
  2. Bonne semaine de lectures à toi !

    RépondreSupprimer
  3. La malédiction d'Ariane a l'air pas mal ! :)
    Bonne semaine :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Même si je ne suis pas trop friande des livres jeunesse, La Malédiction d'Ariane m'a vraiment surprise, j'ai bien accroché. Bonne semaine :)

      Supprimer
  4. Je note la malédiction d'Ariane il me fait de l'oeil...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ça a été une bonne surprise, j'espère qu'il te plaira tout autant qu'à moi :)

      Supprimer
  5. Le dernier jour d'un condamné est dans ma PàL depuis des lustres, il faudrait vraiment que je le découvre !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il est plutôt court et le style de Victor Hugo est tellement beau et plutôt accessible que ça se lit presque tout seul. J’espère que tu l'apprécieras :)

      Supprimer